Retour sur l’Assemblée Générale..

MOT DU PRESIDENT

  • Le compte de résultats montre une augmentation importante des dépenses (122 500 €) et des recettes (114 804 €) : comme Elian, notre trésorier, l’a démontré, l’effet R1 a stimulé le projet sportif tout en modifiant quelques postes de dépenses et de recettes. Les nouveaux sponsors liés à cette montée, l’augmentation des membres bienfaiteurs et ce 7ème tour de coupe de France ont compensé tout ce qui nécessite l’aventure de la R1 (frais d’arbitrage, minibus…). De plus, le Financement Participatif pour notre futur synthétique (2X2500 €) était des dépenses non prévues en début d’année 2018 qui sont plus à mettre du côté de l’investissement. Si l’on regarde d’un peu plus le résultat de fonctionnement, avec l’attribution de la subvention de notre partenaire Le Groupe Launay, le déficit pour l’année est de 4000 €, c’est toujours embêtant mais cela ne remet pas en cause la gestion administrative puisque la trésorerie à la fin de l’exercice 2018 est encore de 24 000 €.

 

  • Je voudrai attirer votre attention sur un autre point important. J’ai parlé pour commencer des effet R1 et synthétique, au-delà de cet affichage, le club a pris aussi le parti de privilégier l’éducation du jeune par la pratique du foot et une éducation à la performance à travers un message social fort – Yann Le Gall parle d’éducation populaire – : « chaque joueur quel que soit son niveau et chaque famille doit trouver sa place à l’ASVHG ». C’est ainsi que le coût éducatif et de fonctionnement par joueur est élevé dans notre club (200 € pour un U6/7 et plus de 300 € pour un senior). A titre d’exemple :
  • Educateurs
  • Services civiques
  • Stages gratuits vacances
  • Stage d’été seniors
  • Soirée du club gratuite Soccer, Betton…

 

  • C’est un choix que nous assumons, seulement quand vous soustrayez le prix de la licence proposé à ce coût, vous voyez bien qu’il y a entre 40 et 50 % de cette somme à trouver. Et c’est là que je voudrai rendre hommage pour tous les bénévoles qui œuvrent pour mettre en place des manifestations (Jean-François et l’album du club, la soirée intergénérations… soit 26 000 € cette année), pour trouver des sponsors (Vincent — 15 000 €), pour aider bénévolement (Elian et tout le travail de comptable qu’il réalise) alors que toutes ces fonctions auraient un coût extrêmement élevé autrement.

 

  • En conclusion, le léger déséquilibre de fonctionnement doit nous amener à une vigilance pour le prochain budget. Nous vous en parlerons tout de suite. Sachez que nous envoyons un message fort en ne voulant pas augmenter le prix des licences l’année prochaine dans un contexte de pratique et une dimension sanitaire favorable avec notre synthétique.

 

  • En même temps, nous avons mis en cohérence les idées de notre projet sportif avec le caractère professionnel de notre gestion, ce qui représentent beaucoup d’efforts pour une structure associative de bénévoles. Les conclusions de l’audit demandé par le Direction Générale des Finances de FFF va dans ce sens-là. En même temps, j’envoie aussi un message aux instances du football : de par leurs exigences (5 arbitres, logiciel fédéral…), nous sommes presque condamnés à fonctionner comme une entreprise alors que nous investissons notre passion après notre travail, en même temps que notre vie de famille, dans une forme de gratuité noble liée à l’âme de tout dirigeant bénévole. C’est donc un équilibre fragile dans lequel bon nombre d’associations vivent. Là encore, j’invite à l’écoute mutuelle et à la communication bienveillante entre tous les acteurs du football et de notre association à laquelle j’y associe joueurs et familles.

Yannick Boulain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *